La Présence du Geste

Depuis 3 ans je m’initie et pratique « la présence du geste »

C’est une  méditation en mouvement. Une manière de vivre le moment présent en relation avec l’espace, le groupe, et aussi dans le contact.

En quoi est-ce que cela diffère d’une pratique corporelle comme le « Feldenkrais »?

Dans la pratique de la présence du geste, le mouvement n’a pas de but particulier, on ne cherche rien, pas besoin d’améliorer, de chercher, d’être précis.

Le plus important est d’être là quel que soit le mouvement, le lieu, les personnes.

Les propositions sont variées et permettent d’explorer au delà de nos habitudes. C’est simple, surprenant de simplicité, et cela touche le plus intime de nous, des espaces moins connus et si peu autorisés.

Je propose déjà des moments de Présence du Geste lors des samedis et WE Feldenkrais. Je vais bientôt proposer un samedi de Présence du Geste seulement. Si vous êtes curieux et intéressés, n’hésitez pas à me contacter par mail

mail: schoeb.brigitte@gmail.com ou 0616541023

Une manière de penser et de voir les choses

Le hasard et la persévérance d’une amie m’a amené au Feldenkrais.

Ce qui me fait continuer dans cette voie est la découverte que les explorations sont loin de se limiter à la partie du corps sur laquelle on travaille. C’est une manière de penser, de voir la vie et les difficultés qu’on rencontre. En gros, devant une nouveauté, au lieu de me dire j’y arriverai pas, je suis trop vieille, pas assez souple, etc, c’est de dire, et si j’allais voir ce quoi c’est fait ? Qu’y a-t-il à découvrir derrière ?

Et le bonheur que ça marche !

Bien être au quotidien

J’avais besoin de continuer à bouger en groupe, en étant guidée par quelqu’un d’expérimenté. Le bénéfice : un bien-être que je ressens de fois en fois et toujours un peu plus et dans le quotidien.

J’apprécie l’émulation et le plaisir du travail en groupe, le contact.

L’approfondissement de la connaissance du corps et aussi bien sûr de la conscience corporelle.

Un bien être se dégage

Mon amie Carla qui suivait tes cours m’a parlé de tout le bien que lui procurait ce travail de prise de conscience par le mouvement. Tentée par le bien être que mon amie dégage, j’ai tenté l’expérience. Au début je ressentais peu les effets, puis petit à petit j’ai ressenti l’aisance de mes mouvements, de mes articulations et en quelque sorte une liberté au niveau du mental. C’est pour tout ça que je continue et que j’y tiens !

Ce n’est jamais fini!

J’avais besoin de bouger mon corps plusieurs fois agressé- le bouger sans brutalité avec des mouvements pour moi, pour ma mobilité.

J’ai commencé le Feldenkrais avec toi Brigitte, j’ai continué car j’ai trouvé compréhension, écoute. J’ai compris que le travail Feldenkrais est une chose de longue haleine, comme l’être humain qui grandit d’expérience en expérience, en douceur. C’est un travail qui demande de mûrir, ainsi il s’inscrit en nous. C’est un enrichissement du corps et de l’esprit qui devient immuable, reste à jamais en soi.

J’aimerais continuer ce travail sous forme de stage pour l’échange qui se noue entre participants et d’autres choses apparaissent. Ce n’est jamais fini !

Bouger en conscience

Dans ce travail j’apprécie le plaisir de bouger en conscience, avec douceur, le plaisir de découvrir toutes sortes de mobilités inexplorées, ta simplicité Brigitte, et nos complicités.

Des mouvements, avec l’âme en plus

J’ai découvert le Feldenkrais lors d’une présentation à un groupe d’éducateurs pour personnes handicapées. Tu nous as proposé un exercice avec les yeux, la tête et des différenciations : la tête d’un côté , les yeux de l’autre. Je me suis dit : c’est autre chose ! des mouvements, avec l’âme en plus.

Je n’ai pas fini depuis de faire des découvertes agréables. J’aimerais avancer avec l’âge sur mes deux jambes et pas sur trois…et comme Durkheim a passé 30 ans à observer sa respiration, je vais explorer jusqu’à ma mort.

Mieux vivre

J’ai commencé le Feldenkrais car je voulais changer, mieux vivre, vivre pleinement et moins me fatiguer. J’ai envie de continuer sur cette voie…

Chanter, rouler et rigoler

J’ai commencé par faire du Feldenkrais parce que la prof de danse a fait cette formation et que par amitié je voulais continuer à bouger avec elle ! Mais elle a eu une bonne idée et cela m’a beaucoup apporté : les poignets, le ski sans courbatures, la tranquillité d’être parfois bercée et endormie par ta voix. Mais aussi mieux pendre son linge, apprendre à connaître mon corps à être consciente de comment je bouge, comment je me baisse, aller plus lentement, chanter, rouler ne pas y arriver quelques fois et rigoler.

Explorer de nouvelles choses

J’avais envie de me détendre physiquement et de m’ouvrir l’esprit… d’explorer de nouvelles choses.

J’ai redécouvert des mouvement de l’enfance et j’ai eu le plaisir de repérer certains gestes automatiques pour laisser plus de place à de la liberté.

Restez informé!

Laissez-nous votre adresse e-mail pour recevoir nos informations
(3-4 fois par an maximum)

Séance audio gratuite

Testez un exemple de séance audio enregistré
en cliquant ICI
et contactez moi pour une séance audio personnalisée.

Mon coup de coeur

Sur le dos: contacter les vertèbres